Ces dernières années…

 

Marie Macon et Anne-Laure Lesquoy, les créatrices de la marque éponyme Macon & Lesquoy, ont réhabilité, avec panache et espièglerie, ce que le temps et la fast fashion avaient effacé des merceries domestiques : l’écusson (thermo-collant pour celles et ceux qui n’aiment pas jouer avec le chas de l’aiguille) et la broche brodés.

Rwanda drapeau utopie

On les retrouve là où on ne les attend pas : au Rwanda !

 

Après avoir découvert au Pakistan la cannetille, une technique de broderie avec du fil métallique particulière aux insignes militaires et aux décorations des uniformes, les deux Françaises sont tombées en amour pour le Rwanda, le pays des mille collines, des gorilles et des coopératives administrées, le plus souvent, par des femmes. Ainsi, depuis trois ans, les trente brodeuses de Rutongo (26 km à l’est de Kigali) croisent le fil pour le compte de la petite marque hexagonale désormais coutumière des pages glacées des magazines.

broderie léopard

Entre elles, sous le bel acacia qui les protège du soleil…

 

Les Rwandaises s’amusent des motifs pop-punk-rock-baroques qui sont confiés à leurs mains graciles. Les plus anciennes ont été formées, avant 1994, à l’art classique et figuratif de la broderie. Alors, la grenouille mélomane déclenche systématiquement le rire hilare d’Alphonsine et de ses copines ! « Marie (Macon) a connu l’existence de la coopérative avec Laurence Mahéo, la créatrice de la marque La Prestic Ouiston avec laquelle les brodeuses ont travaillé ces dernières années. Anne-Laure et elle souhaitaient tester une nouvelle technique de broderie pour leurs créations. Le courant est passé ! Nous les avons accueillies plusieurs fois au Rwanda. Elles sont très impliquées et soucieuses des brodeuses. Sans doute parce que l’atelier est aussi une histoire de femmes », explique Véronique Gamard.

 

Rwanda broderie

Reprendre le fil :

 

En 2012, les sœurs lyonnaises Véronique et Pascale Gamard (mariée à un Rwandais), et leur cousine Solange, ont rouvert, à Rutongo, un atelier de broderie dans la maison familiale Ubalijoro. L’activité a été confiée à la coopérative des brodeuses qu’elles ont aidée à mettre en œuvre. Il y a trente ans, avant le génocide des Tutsis, des délégations étrangères faisaient voyage jusqu’au village pour découvrir l’atelier géré par des sœurs belges. Il accueillait alors jusqu’à 350 brodeuses. Le 7 avril 1994, leur destin s’est brisé. Lorsque Pélagie, Félicie, Pascasie, Xaverine et les autres brodent, pour le compte de Manon & Lesquoy, « Liberté chérie », elles ne rient plus. Elles mesurent le chemin parcouru.

rwanda patchwork

Les marque vendue sur le web : Ibaba  Les broderies sont confiées aux femmes de la coopérative.

Laisser un commentaire